Faut-il soigner les dents de lait ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

J’entends assez souvent de la part de jeunes parents : « Pourquoi dépenser de l’argent et du temps pour soigner les dents de lait, alors qu’elles vont bientôt tomber et seront remplacées par les dents définitives ? »

Oui, l’importance de la santé des dents de lait est souvent sous-estimée !

Eruption des dents de lait dans la bouche de l'enfant, Dental Geneva
Comment se développent les dents de lait et les nouvelles dents
(illustration Z. Markina)

Bien sûr, les dents de lait de votre enfant tomberont, mais seulement lorsqu’une dent définitive commencera à pousser et non à cause de caries ou plus généralement, d’un manque de soin pour la santé de la bouche du petit patient. Voyons cela en détail.

Faut-il soigner les dents de lait ?

A quoi servent les dents de lait ?

Les dents de lait ont un cycle de vie relativement court, cependant elles remplissent trois fonctions importantes :

  • Mastication
  • Mainteneur d’espace pour la dent définitive (préparation de la forme de la bouche de l’enfant)
  • Stimulateur de la croissance de l’os qui entoure la dent.

Les caries des enfants

Les dents de lait cariées sont particulièrement douloureuses : c’est parce que la chambre pulpaire est plus large et, par conséquent, la partie dure est plus fine comparée à une dent définitive. Le risque d’infection pulpaire est donc très élevé, de même que la probabilité d’abcès douloureux ou de fistules.

La cause des caries des dents de lait est la même que celle des dents définitives, l’érosion de l’émail par les bactéries et l’accumulation de plaque non éliminée en raison d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire.
Chez les enfants de moins de 3 ou 4 ans, on parle souvent de « carie du biberon », provenant de l’habitude de laisser l’enfant s’endormir en suçant le biberon avec du lait, du miel ou autres substances sucrées et visqueuses.

L’apparition du processus carieux est donc favorisée dès le plus jeune âge. Je recommande d’accorder une attention particulière à la santé des dents des jeunes patients et de faire la première visite vers 3 ans, afin de les familiariser avec le dentiste et prévenir ce qui pourrait devenir des complications à tous les niveaux.

- Dental Geneva

Maintien de l’espace interdentaire

Si des visites de contrôles régulières ne sont pas effectuées, il existe un risque de compromettre la bonne éruption des dents définitives et, par conséquent, la nécessité de subir des traitements dentaires plus longs et plus invasifs à l’âge adulte.

- Dental Geneva
Radio panoramique montrant la pousse des dents définitives sous les dents de lait

Par exemple, les premières molaires (dents de lait) doivent rester en place jusqu’à 11 ou 12 ans, avant d’être remplacées par les dents définitives. Une perte prématurée pourra provoquer un décalage de la denture et un manque de place au moment de l’éruption de nouvelles dents. Cette malposition dentaire est très longue à corriger avec un appareillage dentaire.

Malgré tout, si l’extraction de la dent de lait n’a pu être évitée, nous ferons appel à un mainteneur d’espace, en attendant la pousse de la nouvelle dent.

- Dental Geneva
Mainteneur d’espace

Conclusion

  1. Dans l’enfance, toutes les dents de l’enfant ne sont pas des dents de lait. A partir de 5-6 ans, il y en a des définitives.
  2. Il est primordial de traiter les dents de lait afin d’éviter les problèmes de dents définitives dans le futur.
  3. Il faut tenter de maintenir la dent de lait jusqu’à sa résorption naturelle, afin de conserver de la place pour la dent définitive, il faut donc la soigner.
  4. La clé de la santé des dents de lait et définitives est une bonne hygiène dentaire. N’oubliez pas que les caries se forment sous la plaque !

Notre expérience est votre atout.

Prenez rendez-vous

pour une consultation

Dr Victoria Klimovich
Dr Victoria Klimovich

Orthodontiste au sein du cabinet Dental Geneva.
Master d’orthodontie à l'université du King’s College de Londres. Membre de la Société européenne d’orthodontie et du Collège royal des chirurgiens d’Édimbourg.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp